--> Pour faire de son chemin une marche vers soi - Cath-Ajoie

Pour faire de son chemin une marche vers soi

Partir est une belle occasion de revenir à soi.
Pour cela il vaut mieux être seul-e et choisir un parcours qui vous mène plutôt en forêt… les arbres vous feront comme une grotte qui vous aidera à entrer en vous-même…

Le Père Abbé du Grand Saint Bernard disait ceci aux pèlerin-e-s qui arrivaient à l’Hospice :
« Peut-être la montée jusqu’à l’hospice vous a paru un peu longue, mais ce n’est pas cela le plus long parcours. Vous iriez jusqu’à l’Everest, ce n’est pas encore cela le plus grand parcours.
Le plus long parcours que chaque homme a à effectuer, c’est celui qui conduit de la tête au cœur. Il faut toute une vie pour passer de la tête au cœur, pour trouver ce sommet que l‘on cherche dans tous les sommets. Le sommet, il est au cœur. »

Alors, ne vous inquiétez pas si vous avez l’impression de ne jamais arriver au cœur de vous-même, vous avez toute la vie pour cela
L’important c’est d’essayer…
… et quelqu’Un vous y invite !

Dans le livre de la Genèse au début du chapitre 12, le Seigneur dit à Abram : « Va pour toi, sors de ton pays, de tes origines, de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir. »
… va vers toi et pour cela quitte… quitte les enveloppes de ton passé, nais à toi-même, développe tes potentialités et épanouis-toi !

Pour commencer votre marche, enveloppez-vous d’un beau, large et grand signe de croix sur votre corps… c’est vers tout votre être, corps et esprit, que vous voulez aller.

Puis marchez, en pleine conscience. Visualisez-vous en train de marcher dans le paysage qui vous entoure. Observez-vous en train de marcher et demandez-vous : où va-t-il/elle ? Que cherche-t-il / elle ? Qui est-il/elle ?
Voyez tout ce qui vit autour de vous, écoutez, goûtez, humez, touchez… la vie !

Remarquez que pour avancer, vous devez accepter d’être en déséquilibre : si vous marchez vous n’êtes jamais sur vos deux pieds… On attribue à Einstein la phrase : « La vie c’est comme la bicyclette, il faut avancer pour ne pas tomber. »

Pensez à Abram (ce n’est que plus tard qu’il deviendra Abraham), il quitte pour aller vers lui… que devez-vous quitter ? ou plus simplement, que devez-vous relativiser ou accepter comme étant passé ou de quoi devez-vous vous libérer ?

Lorsque vous trouverez un endroit qui vous fera signe, arrêtez-vous, asseyez-vous si possible et lisez :
Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ;
c’était un notable parmi les Juifs.  
Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit :
« Rabbi, nous le savons,
c’est de la part de Dieu que tu es venu
comme un maître qui enseigne,
car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis,
si Dieu n’est pas avec lui. »
Jésus lui répondit :
« Amen, amen, je te le dis :
à moins de naître d’en haut,
on ne peut voir le royaume de Dieu. »

Nicodème lui répliqua :
« Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ?
Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? »

Jésus répondit :
« Amen, amen, je te le dis :
personne,

à moins de naître de l’eau et de l’Esprit,
ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

Ce qui est né de la chair est chair ;
ce qui est né de l’Esprit est esprit.

Ne sois pas étonné si je t’ai dit :
il vous faut naître d’en haut.
Le vent souffle où il veut :
tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va.
Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »

Nicodème reprit :
« Comment cela peut-il se faire ? » Jn 3, 1 – 9

Cet évangile peut nous aider à comprendre ce que « aller vers soi » peut vouloir dire : naître de l’esprit, naître d’en haut….
Abram est devenu Abraham lorsque Dieu fit alliance avec lui et le « H » qu’il glisse dans son nom est celui du souffle de la création !

Feuillet de prière à télécharger

Qu'en pensez-vous ?

Dieu peut-il vous aider à… devenir ?
… et  devenir vous-même ?
… et comment ?

Ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas de réponse assurée… c’est le chemin de la vie qui se poursuit en vous… et il prend… toute la vie !

Tout chemin est d’abord enfoui en soi avant de se décliner sous les pas,
il mène à soi avant de mener à une destination particulière.

Et parfois,
il ouvre enfin la porte étroite
qui aboutit à la transformation heureuse de soi.

David Le Breton

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.